BLOGue @ YMartin.com - ve2ymm


Samedi 05 Janvier 2013

Vacances à Cuba (décembre 2012)

Vacances à Cuba (22-29 décembre 2012) - YMartin.com

Cuba, 22 au 29 décembre 2012.

Enfin, voilà les vacances ! Nous sommes partis en taxi de Montréal le 22 décembre 2012 vers 3h30 du matin pour prendre l’avion qui nous emmenait à Guardalavaca (près de Holguín sur la côte nord du sud-est de l’ile de Cuba). Le départ était prévu à 5h45 depuis l’aéroport Montréal-Trudeau (YUL). Enregistrement des bagages, longue file d’attente pour traverser les douanes et l’attente en sol international pour prendre l’avion. Le vol fut parfois turbulent, mais sans anicroche. L’avion a atterri sur une piste austère à l’aéroport près de Holguín. Après le passage aux douanes, nous attendîmes Claude qui devait remplir des formulaires d’exportation, pour les walkies talkies qu’il avait emmené avec lui. Température à l’arrivé, 22 degrés Celsius, c’est l’hiver à Cuba, il fait froid ! Déjà, les cubains très accueillants, nous donnèrent le ton, quêtant quelques pièces pour tous les services que vous souhaitiez, même ceux inclus avec notre voyage.  Après une heure de bus, cahotant sur les routes cubaines, tantôt calmes mais parfois parsemé de trous sur des routes terreuses,  nous arrivâmes tous entiers, Marie-Claude et Claude, Jessica et Christopher, Inès, Yin et moi-même, à notre hôtel 3 étoiles, du « Club Amigo Atlantico ». Le bâtiment était sobre et fatigué par le temps. Un bon coup de peinture lui aurait redonné toutes les couleurs colorées que l’on voit sur les dépliants publicitaires. On nous assignat nos chambres dans nos villas respectives. De la baie vitrée, la vue était magique et merveilleuse, les plages et la mer semblaient nous attendre depuis toujours ! L’appel de l’océan est irrésistible… Cuba, nous voilà !
 
Le Club amigo Atlantico est un grand complexe hôtelier très populaire au Québec, et c'est sans doute une des raisons pour laquelle la plupart des touristes sont québécois et parlent français. Cet hotel est tenu par des Cubains et contrairement à beaucoup d’autres hôtels plus garnis en étoiles, ce dernier accepte aussi les locaux. Le mélange avec les gens d’ici est de prime abord très agréable. De ce point de vue, nous ne sommes pas enfermés dans un lieu hermétique. Il y a un supermarché (qui ferme à 15h00) et une banque mais qui ne change pas la monnaie cubaine convertible, la seule autorisée pour les touristes. Il faut aller pour cela au bureau de change « CADICA » de l’hôtel, gardé par un portier armé. À quelques pas de là, le marché qui étale les couleurs locales et l’habileté exceptionnelle des artisans qui peuvent faire d’une simple cannette vide, se transformer en œuvre d’art. 
 
Le restaurant buffet, self-service, propose des repas très simples. Beaucoup de légumes locaux, principalement du porc, du poulet et du poisson. Chaque jour des spaghettis apprêtées par le chef semblent un plat exceptionnel comparé au reste du buffet. Il y a au dessert des glaces aux couleurs pâles, mais ne vous fiez pas, les couleurs ne reflètent pas les saveurs habituelles, le rose n’est pas de la fraise mais plutôt de la papaille (ou quelque chose comme ça), le jaune … ce n’est pas de la vanille mais plutôt de la mangue, le blanc du citron, bref les goûts sont différents mais restent populaires et chaque jour, les couleurs ne changent pas mais parfois les saveurs si ! Ici, pas de bœuf (ou très peu). Nous apprenons que les vaches, même si elles ne sont pas sacrées, n’ont pas le droit d’être abattues car elles sont exclusivement utilisées pour produire du lait, rationné à Cuba. Les lois sont si strictes, qu’en cas d’accident, si une vache est heurtée par une voiture, c’est l’état qui doit s’en occuper, une fois l’enquête criminelle terminée. Les propriétaires de vaches vivent donc dans la peur de voir leur vaches heurtées accidentellement un jour sur les routes de Cuba ou la circulation entre carrioles, chevaux, motos et vieilles voitures, ne font pas toujours bon ménage, même si le mot d’ordre dans ce pays tropical, est d’y aller « doucement mais surement ».
 
La plongée sous-marine est un délice pour les yeux et le corps à ceux qui aiment la mer. Le premier jour, l’eau n’était pas si claire qu’à l’habitude selon Claude. Le froid (relatif) et les forts vents ont sans doute eut raison de cette clarté légendaire. Mais les jours suivants nous ont laissé d’heureuses surprises. Nous avons pu découvrir les coraux, créant une barrière naturelle contre les gros prédateurs mais aussi protégeant naturellement les rivages laissant voir des poissons de toutes les formes et de toutes les couleurs. Il faut souvent nager assez loin des plages pour profiter des beautés sous-marines, mais cela vaut vraiment le déplacement. Depuis ma plus tendre enfance, je partage mes vacances sur les plages de Bretagne et du sud de la France. Au Québec depuis 20 ans maintenant, je n’ai eu que peu d’occasions de profiter des bords de mer. L’iode et les odeurs salées uniques aux rivages marins, me manquaient réellement et cette escapade de 7 jours à Cuba fut une bénédiction. La mer est un élément naturellement présent en grande quantité sur notre planète, elle fait partie de notre environnement naturel, et naturellement fait aussi partie de nous. En tout cas, chez moi, c’est un élément nécessaire à mon bien être, et le poisson qui vit en moi appelle parfois à plus de compréhension face à ce manque d’eau salée des plages du monde entier. La mer m’appelle comme un aimant face à une montagne de fer blanc.
 
Arrivés vers midi, la première rencontre avec l’hôtel, une fois l’enregistrement fait et les bagages à l’abri dans les chambres, se fit au buffet-restaurant. Rien d’extraordinaire là. Les repas sont copieux pour ceux qui avaient faim et se sont terminés rapidement, composé de légumes, porc et désert. Et la prochaine rencontre se fit avec la plage. Dans ce petit village de vacances, il y a la plage avec du sable blanc et fin. Et puis, il y a les petites embouchures plus discrètes, des bords de plage entourés de rochers, capable d’accueillir de 20 à quelques chaises tout au plus. La plage Christophe Colomb, ou est érigé une statue de l’ancien conquistador, qui aurait, avant de découvrir l’Amérique, visité ces iles des Caraïbes lors de son premier voyage en 1492 en mettant le pied justement à cet endroit précis, nous permis de partager un peu d’intimité.
 
Les villas sont les chambres les plus luxueuses de l’hôtel. Généralement détachées du bâtiment principal elles permettent de partager la vue sur la mer et une des piscines. À côté, il y a les restaurants, dont un ouvert 24 heures et qui sert de bar quand vous avez soif. Ne vous imaginez pas un palace des mille et une nuit, les villas sont de simples chambres bien situées pour pouvoir profiter des vacances, rien de plus. Tous les extras sont en plus (frigidaire et coffre-fort). Il y a quand même une télévision, connectée sur une antenne fatiguée, laissant apparaître des images rayées de bruits furtifs… mais que faire d’une télé quand chaque soir il y a des spectacles colorés, chaleureux et musicaux ! Nous avons même eut le privilège de participer à une soirée aquatique de danse synchronisée ! J’avoue avoir été un peu déçu de cette dernière attraction. L’apparition de 4 jeunes athlètes viriles qui prenaient une bonne partie du spectacle ne laissaient que peu de place aux belles et jeunes demoiselles, à qui on attribue habituellement ce sport. Mais bon, peut-être suis-je un peu vieux jeux… La chorégraphie était bien orchestrée et ce n’était là qu’une belle soirée sous une pleine lune à quelques pas de l’équateur.
 
Le rhum coule à flots si vous aimez ce breuvage. Il y a bien entendu les sodas, les tequilas on the rock et mille autres cocktails ainsi que quelques vins. Nous avons même réussi à trouver un Coca-Cola « embotellado en México » … Mais quel que soit l’heure, il est possible de boire et manger. Quant à l’eau du robinet, elle n’est pas bonne. On nous conseille vraiment de ne pas l’utiliser sauf pour la salle de bain… Elle a effectivement une forte odeur terreuse et quand nous prenons une douche, cette odeur nous envahi et sent comme le moisi. Au bout de quelques jours, on s’y habitue mais l’eau courante n’est pas buvable. C’est pour cette raison que nous ne buvons que de l’eau en bouteille. En général, la nourriture n’est pas très varié mais quand  on est en vacances, on pense surtout au soleil et aux belles journées sur la plage, sous l’eau ou aux multiples balades en vélo, en taxi ou en bateau à voile !
 
Mais ce qui a terni un peu ce séjour, ce sont ces indésirables visiteurs qui ont gâché une partie de nos vacances. Tapis sous les lits, dans le matelas et résistant aux insecticides, les punaises de lit (nom scientifique : Cimex lectularius) ont adoré ma femme. Ils l’on littéralement piquée partout. Le lendemain matin, de petites rougeurs apparaissaient sur les bras et les jambes de ma douce. On a d’abord pensé aux moustiques, mais en général ils m’adorent aussi et cette fois, pas une seule piqure. Étrange… Le lendemain, même histoire et là, nous découvrîmes avec horreur que les 2 lits étaient infestés de punaises. En soulevant le matelas, une activité intense grouillait par petits groupes. Une plainte déposée au comptoir, quelques tonnes d’insecticides, de la poudre de bébé sur les coutures du matelas (il parait que cette délicate poussière étouffe les punaises, mais de vous à moi et pour l’avoir testé, ça ne fonctionne pas), mais ces intervention musclées avait peut-être eut raison de nos envahisseurs. La 3ième nuit, vers 2 heures et demi du matin, ma femme, agitée, se réveilla, victime de démangeaisons. Les punaises étaient de nouveau à l’attaque, suçant de tendre sang surement sucré de Yin ! Et en pleine nuit, nous sommes retournés à la réception nous plaindre de cette sauvage agression. Un gardien nous accompagna ensuite pour constater que les punaises n’étaient pas le fruit de notre imagination. En arrivant sur les lieux du crime, rien ne bougeait. Quelques minuscules insectes morts, de mort douce que l’insecticide avait définitivement tués, gisaient sur le drap mais rien de plus. Le gardien fut septique jusqu'à ce qu’il soulève le matelas pour découvrir une joyeuse colonie, pleine de vie, grouillant ici et là sur le sommier de l’hôtel. Il n’en fallait pas plus pour faire nos bagages et changer de chambre. On nous attribua une villa du bloc à côté, au rez-de-chaussée. La vue était moins jolie, pas de balcon car les baies vitrées donnaient directement sur le gazon, mais le lit double semblait propre et pas infesté de vampires à mille pattes. La nuit fut tranquille, sauf ce moustique que je laissais vaquer à ses occupations nocturnes, tant nous étions fatigués de toute cette agitation. Cinq minutes plus tard, nous étions tous les deux dans les bras de Morphée. Pour la petite histoire qui reste un peu mystérieuse, si ma femme fut sauvagement attaquée, je n’avais pour ma part pas une seule piqure et nous ne nous l’expliquons pas, si ce n’est que les punaises préfèrent sans doute les jolies filles ! Et sur ce point, je ne pourrais pas dire qu’ils ont tort ! wink
 
Dans cette nouvelle chambre, le coffre-fort ne fonctionnait pas ! Le lendemain matin, je retournais une fois de plus à la réception demander la vérification du coffre. On reprogramma la carte, mais une fois sur place, le coffre ne fonctionnait toujours pas. Le technicien qui le vérifia ensuite nous indiqua qu’il n’avait pas les pièces et qu’il fallait attendre que le « Bell guy » passe pour la réparation. En attendant, nous nous retrouvâmes tous au buffet pour le petit déjeuner, expliquant nos déboires à nos amis effrayés, et nous mîmes nos papiers, argent et autres pièces de valeur, dans le coffre de Marie-Claude et Claude. Durant la journée le réparateur passa alors que j’étais sous la douche, après une bonne baignade le matin. Le verdict tomba tout net, le coffre était foutu ! Une fois ma douche terminée, je voulu utiliser le sèche-cheveux pour sécher quelques billets resté dans mon maillot de bain, et dont la pochette hermétique qui prenait l’eau les avaient mouillé. Il explosa dans mes mains quand je voulu l’allumer ! Le disjoncteur de la chambre fit son travail à la perfection (au moins ça, ça fonctionnait)… et le réparateur (celui du coffre-fort), répara la bête avec du tape à électricien, outil miracle et universel à Cuba il me semble. Il nous fallut donc trouver une autre chambre. Encore un autre déménagement en vue, pour avoir enfin un habitat décent, un coffre fonctionnel et un sèche-cheveux qui ne vous explose pas à la figure ! Et la troisième chambre fut la bonne. De nouveau au 1er étage (2ième étage si vous utilisez les normes anglaise), avec un balcon donnant sur la mer et la piscine mais un peu en retrait par rapport à nos précédentes villa, et se rapprochant doucement du bâtiment principal, près de la réception, et à bien y penser, je me disais que ça serait sûrement plus pratique au cas où nous aurions encore quelques surprises... soyons prudents !
 
Bien entendu, ces épisodes nous ont découragés à tout jamais de revenir dans ce complexe, mais heureusement que le climat merveilleux des Caraïbes et la gentillesse des cubains éclipsa un peu nos tristes expériences. Mais un hôtel 3 étoiles à Cuba, c’est aussi une place ou les cubains peuvent circuler librement, et comme touristes, nous étions littéralement des cibles dans ce pays ou la pauvreté même est rationnée. Nous étions sans cesse sollicités pour laisser du linge ou des pourboires pour n’importe quoi. Il y a même certains chemins que nous évitions, sachant que des mendiants iraient nous solliciter, comme ceux que l’on voit dans toutes les grandes villes du monde. Bien entendu, nous comprenons la situation, mais c’est bien déplaisant de se faire même gentiment, quémander et importuner durant nos vacances…
 
Le jeudi après-midi (27 décembre 2012), nous apprîmes que Montréal avait reçu beaucoup de neige. De nos chambres climatisées, nous suivions les informations sur RDI. En arrivant à Montréal, 2 jours plus tard, on découvrit que ce fut la tempête du siècle, avec 45 centimètres tombés en une seule journée ! Yin avait suggéré de laisser la voiture dans le garage et prendre le taxi pour se rendre à l’aéroport. Quelle bonne idée ! Mais une fois de retour chez nous, ayant de la neige jusqu'au genoux, il me fallut quand même prendre la pelle pour nous frayer un chemin et pouvoir rentrer à la maison.
 
Ce qui est bien au Québec c’est qu’en hivers il fait froid, et ce froid nous servit à stériliser nos valises durant une journée ou il faisait environ -10C, au cas où nous aurions ramenés des punaises. De plus, tout notre linge, passa illico à la machine, histoire de ne laisser aucune chance aux intrus qu’ils prennent à leur tour, des vacances chez nous !
 

Vidéo de nos vacances à Cuba (Merci à Marie-Claude pour ce magifique court-métrage) :

 
Le reste de nos journées à Cuba furent mémorables et bien entendu, trop courtes. Pas de téléphone et pas d'internet non plus, que le bruit des vagues et de la musique cubaine en buit de fond, le paradis sur terre ! De nos ballades sous-marine en apnée, Marie-Claude fit un merveilleux film (voir ci-dessus) et je pris aussi quelques photos, visibles via ce lien : nas.ymartin.com/photo/ (login / Mot de passe : écrivez-moi et je vous enverrais les accès).
 
On a bien hâte de retourner au soleil des Caraïbes ... bientôt !
 

 


Posté par admin dans « Nouvelles » | Envoyer à un ami
Entrée suivante : FT-991
Entrée précédente : un PC qui tient dans une clé USB !

Envoyer un commentaire

Nom :

Courriel valide (obligatoire) :

Lieu (géographique) :

Votre site Web :

Se souvenir de mes informations personnelles

Prévenez moi quand il y a un nouveau commentaire ?

Pour des raisons de sécurité, recopiez et envoyez le mot que vous voyez ci-dessous :




Retour à la page principale