Arnaque des guichets banquaires

 Avez-vous lu le livre de « L’art de la Fraude » de Franck W. Abagnale ? L’auteur, un ancien arnaqueur de génie diront certains, relate dans son livre des arnaques, certaines vieilles comme le monde, utilisées dans cet univers sans scrupules. Les exploits de monsieur Abagnal sont peut être plus connus grâce au film de Spielberg, « Catch me if you can » (« Attrape moi si tu peux »). Une chose est certaine, il faut avoir le goût du risque et beaucoup d’imagination pour choisir cette carrière. Mais même les meilleurs, car c’est le propre de la nature humaine de faire des erreurs,  finissent toujours par se faire attraper… (vous pouvez aussi visiter le site web de Mr Abagnale @ www.abagnale.com)

 Il y aura toujours d’honnêtes personnes comme il y aura aussi des arnaqueurs. Cela crée un drôle d’équilibre, car ce qui profite à l’un, le fait toujours au dépend d’un autre et pas nécessairement « l’arnaqué » ! Le crime moderne du cyberespace, le cybercrime donc, occasionne plus de 400 milliard de dollars (américains) de pertes aux seules entreprises américaines ! Monsieur Abagnal est bien placé pour en parler car, de tous les arnaqueurs connus celui-ci est sans doute le plus original, mais surtout le plus populaire. Paradoxe dans la vie trépidante de notre hôte qui le dit lui même, sa nouvelle vie lui rapporte beaucoup plus (financièrement) que l’ancienne et ce, en toute légalité ! … Le crime paie, toujours, honnêtement bien sûr !

 Voici une arnaque qui est apparue dans les années 99. La technologie miniaturisée, devenue accessible plus facilement, offrit de nouveaux jours aux arnaqueurs en tous genres. Cette idée toute simple est connue sous le nom de l’épieur par dessus l’épaule. Le but étant simplement de lire votre numéro de carte de débit ou de crédit et son code secret, pendant que vous utilisez les services d’un guichet automatique. Autrefois risquée, la technologie à rendu cette opération plus simple. En effet, une fausse fente lit la bande magnétique de votre carte (monsieur Abagnale l’apelle l’écumeur de codes), tandis qu’une caméra dissimulée épie tous vos faits et gestes. Il suffira ensuite à l’arnaqueur de récupérer son matériel pour pouvoir lire les informations de votre carte, qui auront été sauvegardée dans la mémoire de la fausse fente, récupérer aussi les reçus qui auront été jetés à la poubelle et qui contiennent de précieux renseignements sur votre compte, comme le solde par exemple. Ensuite, il suffira de regarder les informations capturée par la caméra, qui aura soigneusement été synchronisée avec l’heure du guichet, pour comparer les informations… et vider votre compte en quelques minutes !

 Voici en images le détail de l’opération (Merci à ma petite soeur Maud pour ces belles images !) :

Est-ce un guichet normal ?

Y a-t-il un module additionnel ?

Un écran et un dispenseur de formulaire, rien d’anormal !

Est-ce vraiment un dispenseur de formulaire ?

Faux dispenseur fixé à proximité de l’écran

A l’intérieur du faux dispenseur

Alors, à la prochaine visite d’un guichet automatique, soyez curieux et vigilants !

Cette entrée a été publié dans Arnaque. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *