Gadgets caméléons

Ordinateur de m... (C) eskarina.canalblog.com

Quelle est la définition d’un « Gadget » ? Si on pose la question à monsieur tout le monde, les mots les plus souvent répondus sont « inutiles » et « attirants » … Drôle de paradoxe dans ce cyber-monde techno, ou tout le monde ou presque possède au moins un ordinateur à la maison, vision pourtant irréelle il y a encore moins de 10 ans.

L’invention du téléphone d’Antonio Meucci1 (reprise par Alexander Melville Bell) fut aussi initialement clamée par les critiques comme un gadget inutile dont on se lasserait vite… Aujourd’hui, le téléphone est sans aucun doute, réputé une invention extraordinaire. Considérée d’abord comme un objet de distraction, cette ingénieuse trouvaille est passée à la postérité comme une invention indispensable en toutes circonstances (même en vacances !)… Alors qu’est-ce vraiment qu’un gadget ? Une appellation temporaire pour un appareil génial qui doit faire la preuve de son utilité ? Le Ipod est considéré par certains comme un gadget, par d’autres c’est un compagnon fidèle et intime. Le gadget est donc, selon les circonstances, un appareil curieux, inutile ou amusant et qui peut devenir selon le jugement des masses, quelque chose d’utile et de pratique.

Avec une contradiction certaine, le gadget reste un objet qui pique la curiosité. Bien entendu, mon avis diffère car ma passion est là. Cette curiosité avide et innée, s’impose d’elle même dans mon cas. Je regarde avant tout les objets pour découvrir immédiatement leur utilité, dans leur forme la plus primitive ou la plus absurde, que ce soit pour le plaisir des yeux ou plus souvent par paresse. Car un gadget utile est avant tout un appareil pratique et qui nous évite parfois des tâches ingrates, mais dans ce cas précis, cet objet doit-t-il encore être défini comme un gadget ? Je vous donne un exemple. Il y a près d’un an j’ai acheté un téléphone très sophistiqué, le X500 d’Eten (voir l’article : « Un téléphone très très polyvalent ! »). Cette petite merveille technologique me permettait d’avoir 4 ou 5 appareils en un, soit un téléphone, un pocket PC sur lequel j’ai installé mes logiciels préférés, des dictionnaires de langues, une calculatrice financière, etc., un GPS, un appareil photo de 2 Mega-Pixel et une radio. La première réaction de ma femme fut de regarder le prix horrible de ce gadget inutile… Chaque jour j’utilise le téléphone pour appeler ou recevoir mes appels, j’ai acheté un support dans la voiture pour disposer du GPS, visualiser l’écran rapidement et j’utilise cette fonction presque tout le temps, que ce soit pour aller voir un client ou visiter nos amis… Le GPS parle en plusieurs langues (au grand plaisir de ma femme) et nous donne les indications à suivre, c’est vraiment facile ! Les logiciels me servent souvent aussi, que ce soit pour les calculs financier ou autres, les dictionnaires pour traduire ou comprendre les mots ou simplement un logiciel pour lire les les nouvelles quotidiennes ou jouer à un jeu de patience dans la salle d’attente chez le dentiste. Cet appareil est vraiment formidable ! Avec le temps, ma femme s’est forgé une opinion différente et commence à apprécier mon fameux gadget sous un aspect plus pragmatique. C’est devenu avec le temps, non plus un gadget mais un outil bien pratique… Alors que dire de ce gadget aujourd’hui qui ne l’est plus ? Le gadget est en fin de compte une vision de l’esprit pour chacun différente. Il peut être quelque chose d’inutile ou de coûteux, mais avec un peu de vision, il apparaît comme un outil vraiment pratique et utile. Alors, le mot gadget est-il comme les caméléons, un mot aux mille couleurs, qui changent selon l’environnement ou la personne qui l’utilise ? Tout est une question de perception …

Mais à quoi peut ressembler un amoureux des gadgets ?

Une montre GPS, baromètre et altimètre au bras, un téléphone mondial, quadribande, GPS, radio, pocket-PC et j’en passe… le tout tenant dans la poche d’une chemise, des radios pour écouter tout ce qui se dit ou se voit sur les ondes, un couteau et un outil suisse qui ne me quitte jamais et que j’utilise presque tous les jours, un ordinateur techno, super équipé avec les dernières trouvailles à la mode et quatres autres ordinateurs en réseau pour que tout le monde ai le sien, une maison ou les lampes s’allument presque toutes seules, un panneau solaire ici et là pour prévoir les petites pannes de courant, une station météo que je rêve de brancher en temps réel sur mon ordinateur et mon site web, une télécommande universelle qui me permet presque de faire la cuisine !… Bref, si je devais me présenter, je devrais sans doute d’abord vous montrer à quoi servent toutes ces choses que bien du monde trouverait inutile, mais qui impressionne toujours un peu une fois que je les fais fonctionner ! C’est tout simplement votre hôte, le « early adopter » des dernières innovations du moment, le gars techno que l’on rencontre, toujours avec de nouvelles idées ou de gadgets insolites, celui que l’on appelle pour réparer son ordinateur et qui ne dit jamais non, qui donnerai sa chemise même à des gens heureux et qui n’a jamais le temps de trouver le temps pour finir ses nombreux projets, c’est moi tout craché ! Curieux de tout, critiquant les injustices, donnant son avis sur n’importe quoi, risquant projet sur projet en espérant que le prochain soit le bon mais sans jamais désespérer, en croyant toujours au lendemain, profitant de chaque instant comme si ces moments étaient uniques, ça me ressemble, tout simplement ! Que dire des gens quand on les voit pour la première fois ? Inévitablement on se fait une idée, on a rapidement un jugement personnel et on croit bien souvent déjà connaître ces inconnus, mais le temps et la sagesse nous apprend qu’il n’en est rien. Connaître quelqu’un c’est avant tout partager son temps avec cette personne, apprendre et essayer de comprendre son attitude, apprendre à écouter et savoir retarder une opinion…

Passionné depuis ma plus tendre enfance à suivre des yeux, fasciné, la trace des avions dans le ciel, à bricoler les vieilles télévisions et fabriquer des antennes sous le toit de mes parents avec des fils de cuivre et des bouts de ficelle, à démonter les montres pour en faire de tableaux plus ou moins artistiques, dessinant les plans de mini laboratoires pour y mélanger tous les liquides que je trouvais un peu bizarres… La technologie, en particulier l’électronique et le monde de l’infiniment petit visible et invisible, comme les ondes radios, m’ont depuis ce moment, envoûtés à tout jamais. Cette petite flamme est toujours présente quand je découvre de nouvelles innovations, des découvertes qui pourraient changer notre monde et notre perception, avec une vision immédiatement de toutes les nouvelles applications qui pourraient en découler… De cet esprit logique et inné dont j’ai hérité des gènes familiaux (mais dont personne ne comprend l’origine, car je suis à peu près le seul à aimer le bricolage et la technologie !), est né cette capacité à créer et m’émerveiller devant l’inconnu.

Donnez moi n’importe quoi et j’arriverais à le démonter et sans doute le remonter ! Ce n’était pas le cas plus jeune. Mon oncle doit encore se souvenir de cette lampe de poche que j’avais torturé et jamais remontée, de ces téléphones pour enfant que j’avais déboîté pour découvrir l’électricité et les électro aimants, des ces heures passées à créer des inventions de toutes sortes avec ces Legos que mon père m’avait offert trop tôt, mais qui fut sans doute là le départ d’une découverte merveilleuse de la logique de fabrication de murs et des maisons, que le loup ne soufflerait pas si facilement ! Déjà, tout jeune, je comprenais les mécanismes simples des objets usuels.

Mais la techno n’est pas un art unique car autour de l’adolescence, s’articule la découverte de la vie. Entouré du cocon familial, de mes frères et soeurs et d’une grande maison, rien n’était impossible. Petit bourgeois vivant dans une petite ville de province, le monde extérieur m’était complètement inconnu. J’ai sans doute dû retarder un peu mon adolescence, gardant ma naïve jeunesse pendant que je montais des radios à transistors et découvrais les rouages de la radio, lisait des découvertes de Henri Hertz et de Marconi, des couches ionosphériques aidant la propagation des ondes et des émissions de Radio Moscou, qu’un four à micro-onde serait sûrement capable de capter aujourd’hui ! Je me suis passionné très tôt pour la technologie, l’électronique et la radio, et cette passion ne m’a jamais quitté.

Avec le temps, l’informatique est venu se greffer à notre quotidien. Je me souviens de ce choix à faire, alors que j’aborhais les bancs d’école de l’ECE, une école privée parisienne, spécialisé en électronique. Dès la 3ième, On nous demanda de faire en choix entre l’électronique ou l’informatique. Comme le conseiller nous précisa que l’informatique nécessitait beaucoup de cours de français, l’électronique devint le choix par défaut. Je regrette un peu cette décision maintenant, puisque l’informatique et les microprocesseurs sont aujourd’hui ominprésents, que ce soit dans votre grille-pain ou votre ordinateur. C’est comme si j’avais loupé le bus pour ma vie future, retardé de quelques années ce qui allait devenir l’eldorado du 21ième siècle ! (Et ce fut d’ailleurs le cas, bien des années après…). Et j’ai du aussi m’adapter à ce nouveau monde, et étudier de près les microprocesseurs en catimini. Le Z80 fut ma puce de chevet durant quelques temps… mais rapidement, les ordinateurs les plus standards et plus polyvalents, de type « IBM PC », prirent le dessus et je laissais tomber la programmation en assembleur de cette petite puce qui allait en fin de compte, créer la génération de nouveaux ordinateurs de demain…

Je ne suis pas un génie, l’école m’a même fuit pendant quelques années (ou bien c’était moi), je ne suis pas docteur es technologie mais j’ai cette capacité de m’adapter un peu à n’impore quelle situation.  De comprendre rapidement dès qu’on parle technologie, d’apprécier les bienfaits pratiques des gadgets qui en sont souvent bien plus, de voir plus loin que le simple objet. Cette passion je la dois à mon caractère et à cette faculté d’être curieux de tout.

Aujourd’hui, cette passion est toujours là, mais ce sont les autres qui travaillent avec moi et qui forment une équipe avec mes idées. C’est une richesse de profiter des talents de chacun, et les gadgets caméléons y ont sûrement contribué.

(1) Antonio Meucci est le véritable inventeur du téléphone. Le 15 juin 2002, le Congrès américain a officiellement reconnu que l’inventeur italien, Antonio Meucci, était celui à qui l’on doit cette invention et non Alexander G. Bell, comme on l’avait prétendu jusqu’ici.

PS: Contrairement au dessin ci-dessus, je suis de nature plutôt calme ! 😉 Merci à May pour son petit dessin humoristique et plein de talent… (Visitez son Blog : Eskarina.canalblog.com)

Cette entrée a été publié dans Gadget, Point de vue. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *