Communiquer …

Les débuts en toutes choses sont souvent les plus difficiles… Il faudrait savoir tout ce que renferme ce livre et ensuite débuter dans le monde de la télématique, mais en voyant ces yeux briller de mille feux, j’imagine facilement que vous voudriez mettre la main à la pâte tout de suite… et ceci est bien légitime.

Pour communiquer il faut:

Dans un premier temps, l’acquisition du modem, du logiciel de communication et de l’ordinateur étant acquis, il faut mettre ces 3 éléments en relation et faire fonctionner le tout de la meilleure façon possible. Une chose simple à faire est de lire ce qui se trouve sur la boite du modem… « MNP4&5 »… « V42/V42bis »… « V34 »… « VFC » … « LAPM »… « 28800 bauds, 14400bps »… « compatible Hayes »… etc.

Le modem est l’élément le plus délicat à mettre en oeuvre, vient ensuite le logiciel de communication. On considère que vous connaissez déjà un peu votre ordinateur et son système d’exploitation, ou le réseau-local qui est utilisé au sein de votre entreprise.

Le modem & le logiciel

Les diverses indications notifiées sur le modem servent à identifier ses possibilités et ses fonctions. Pour en savoir plus, je vous suggère d’aller directement dans le dictionnaire de cet ouvrage et de vous reporter aux différents termes que vous aurez découverts sur la boite du modem. Il faut cependant différencier deux choses importantes: les protocoles utilisés de façon logiciel (on dit Software ou Soft) et ceux intégrés à la machine (on dit Hardware ou Hard). Certaines informations comme MNP4&5/V42/V42bis… sont des protocoles intégrés au modem, et vous pourrez choisir de les activer ou non avec les commandes qui sont propres au modem. Dans ce cas, il faudra bien lire le manuel et regarder comment ces fonctions pourront être activées ou non. Ces commandes sont généralement accessible dans un terminal de communication ou au travers des commandes DOS (IBM et compatibles) comme ceci:

C:\> ECHO ATZ > COM1

cette commande va initialiser le modem qui sera connecté sur le COM1 de votre ordinateur.

Les protocoles utilisés par les modems sont des artifices normalisés qui peuvent compresser, corriger ou transmettre des données (selon les standards utilisés) avec un code établi à l’avance. Ce sont aussi des standards de compressions et de correction, établis et vérifiés par des organismes internationaux reconnus comme le CCITT, afin que tous puissent utiliser les mêmes outils.

Pour les moins érudits, le logiciel de communication propose souvent une liste de modems préconfigurés d’avance pour que le programme de communication soit interactif avec le modem et puisse être paramétré de la meilleure façon possible.

Si cette dernière méthode n’est pas envisageable, il y a aussi les paramètres configurables à partir du terminal (le logiciel) qui dans ce cas semblent un peu plus complexes. Reportez-vous encore une fois au dictionnaire ou les termes les plus courants sont expliqués en détails. Maintenant comment savoir s’ils correspondent le mieux à la configuration de tel serveur ou tel serveur… est une autre histoire. Il y a en général des paramètres par défauts que la plupart des configurations acceptent. En général (ceci n’est pas une théorie), la plupart des BBS adoptent la configuration “8N1” ou “7E1” en mode TTY, ANSI, AVATAR ou RIP. Donc, adoptez la configuration du terminal la plus simple soit: “8N1” en mode TTY (TTY = pas d’émulation, une émulation permet d’interpréter des caractères spéciaux et ainsi de visualiser un écran d’une machine, sur une autre complètement différente), si ça ne marche pas, essayez “7E1” en mode TTY… vous devriez obtenir des résultats rapidement. Il sera simple ensuite d’ajouter de la couleur avec les émulations ANSI ou/et AVATAR ou un peu de graphique avec le RIP si le serveur utilise bien entendu ce mode. Si votre terminal est en mode V23, protocole adapté par le Minitel Français, l’émulation de l’écran devra être en mode “vidéotex”.

Notes supplémentaires…

Des choses simples sont aussi à prendre en considération. Le modem que vous allez installer, qu’il soit interne ou externe, fonctionnera sur une adresse de l’ordinateur qui utilisera un des port COM1 à 4 en général. N’oubliez pas de les configurer correctement, et de ne pas entrer en conflit avec un numéro de port déjà utilisé ou un IRQ… ceci pourrait entrer en conflit pour l’ordinateur qui enverrai des instructions aux mauvais endroits ou parfois simultanément à plusieurs endroits en même temps !

De bons logiciels de communication comme « TERMINAT » ou « TELIX » pour DOS, « DIGITERM » pour Windows, (et bien d’autres…) installent et configurent le modem de façon automatisée. Le logiciel se chargera même d’aller détecter le port de communication utilisé par le modem, si celui-ci est connecté à l’ordinateur.

La liaison entre un modem externe et l’ordinateur se nome liaison série (ou parfois aussi RS232, RS232C ou RS422). C’est une liaison qui permet de communiquer les instructions entre le modem et l’ordinateur. Avec les modems rapides, comme les fameux 28.800 bps, la liaison série ainsi que ses composantes doivent être adaptées à de telles vitesses de communication, aussi il est préférable d’utiliser des circuits spécialisés rapides (on les nomes des UARTs en langage technique). Ces derniers permettent d’optimiser et de garantir les spécificités du modem par rapport à la gestion de la liaison série qu’il va utiliser. Si le modem est une carte interne, installée dans l’ordinateur, elle possède son propre UART, et donc, optimisé pour le modem en question, par contre, si celui-ci est de type externe, il utilisera l’UART de l’ordinateur. Ci ce dernier n’est pas adapté aux vitesses rapides, alors il faudra le changer, sinon ceci risque de provoquer des erreurs de transmissions, ou de ralentir le modem. Ainsi, un UART de type 16450 ou 8250 ne conviendra pas à un modem 28.8kbps, mais plutôt à un 9600 ou 14.4kbps ou moins. L’UART utilisée pour les 28.8kbps sera de type 16550, ou « Fast I/O » (Fast Input/Outpout ou Entrée/Sortie rapide). Ce circuit électronique se trouve maintenant sur les cartes contrôleur des ordinateurs (cette carte gère en général les lecteurs de disquettes et de disques durs, les ports séries, la manette de jeux et le port de l’imprimante), et il n’est pas toujours possible de lire le nom du circuit sur la carte, mais plutôt avec des logiciels qui vont détecter la présence ou non du circuit. Ceci est important, car l’achat du modem 28.8kbps dépend du circuit électronique (l’UART) qui va gérer la liaison entre le modem et l’ordinateur. La meilleur solution est de demander l’avis du vendeur de votre ordinateur, qui vous conseillera sur ce choix.

Exemple : « Terminate », un logiciel de communication sous DOS.

Quoi de nouveau du côté des modems ?

Malgré les inovations technologiques, la barrière des 28.8kbps semble être la vitesse maximum pour un modem, puisque c’est la compression de données qui est utilisée pour obtenir ce taux de transfert.

Les modems 28.8 kbps ne sont pas les plus rapides. Le célèbre fabricant de modems USRobotics viens de sortir récemment un modem 33.6kbps HST mais dont le protocole n’est pas homologué par le CCITT et reste donc propriétaire à USRobotics. Seuls ces modems fonctionneneront entre eux à cette vitesse. Certains sites Internet permettent cette vitesse, en attendant une vulgarisation des lignes numériques (ISDN). Ceci permet d’utiliser au maximum les possibilités des lignes téléphoniques terrestres traditionelles.

Cette entrée a été publié dans Non classé. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.