ENIAC

Il fut, en 1945, une des premiers ordinateurs assez puissants pour réaliser des calculs scientifiques (utilisé entre autres choses et dans le plus grand secret à l’époque, pour la conception de la première bombe atomique) et de mathématiques (calcul des 1000 premières décimales de PI par exemple). Son acronyme signifie “Electronic Numerical Integrator And Computer”. Il pesait plus de 30 tonnes, avec des dimensions de 2,4 × 0,9 × 30,5 m occupant une surface de 167 m2 (1 800 pieds carrés) et consommait 150 kW. C’est donc une très grosse machine qui contenait 17 468 tubes à vide, 7 200 diodes à cristal, 1 500 relais, 70 000 résistances, 10 000 condensateurs et environ 5 millions de soudures faites à la main !

Sa capacité est de 20 nombres à 10 chiffres signés permettant chacun de réaliser 5 000 additions simples chaque seconde (pour un total de 100 000 additions par seconde). Il ne peut en revanche gérer que 357 multiplications ou 38 divisions par seconde.

Une des causes les plus fréquentes de pannes était du aux insectes qui brulaient sur les tubes chauds, provoquant un stress thermique local et la rupture de l’ampoule de verre. Le terme anglais désignant un insecte est “BUG.  C’est ce terme, par extension, qui est devenu synonyme de dysfonctionnement en informatique.

L’ENIAC fonctionnera jusqu’au 2 octobre 1955.

Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.