NETMAIL

Le Netmail est un système de courrier privé d’utilisateur à utilisateur (ou plus basiquement de node à node, voire de point à point…) dont l’avantage est de pouvoir être routé à travers la structure entière du réseau qui ainsi se partage les coûts de distribution de ce courrier. Prenons un exemple : imaginons un utilisateur point 1:167/122.1 et usager assidu de l’echomail “TERMINATE” veuille envoyer un message à un ami en France, également usager de l’echomail “TERMINATE”…dont le seul défaut est de résider dans la belle ville de Paris… Comment s’y prendra-t-il ?

C’est fort simple…Il suffit, au moyen de l’outil logiciel (le mailer, voir aussi MAILER) d’écrire un message dont il soit l’envoyeur à son ami (2:345/67.14) le destinataire. Il fais partir (par les moyens techniques en question) ce message… tout simplement vers son boss (le sysop du BBS d’attache), l’inénarrable Frenchy BBS 1:167/122 vers le boss du BBS 2:345/67. Ça y est, le message a été envoyé vers la France !…

Mais, me direz-vous…et vous n’aurez point tort…que devient le message après ? Eh bien, c’est là que le génie des gens qui ont inventé Fido (FidoNET) entre en compte… Le boss du Frenchy BBS va envoyer ce message à la première occasion à son coordinateur local de courrier (en langage Fido, on dit NEC…), de toute façon ils s’appellent en général une fois par jour… Le dit coordinateur local va le transmettre tel quel au coordinateur régional (région=pays en gros, rappelez-vous!) suivant la structure hiérarchique de chaque pays qui diffère d’un continent à un autre, mais dont le principe fondamental reste le même, qui va illico le faire remonter à un système centralisant tout ça dans la zone (zone=continent!) d’origine…

A ce stade là, on est sur un système centralisant des centaines voir des milliers de messages Netmail par jour… et les envoyant illico (ou presque) dans la zone destinataire, ie la zone 2, EN EUROPE … Et là, vous pouvez l’imaginer, le message redescend tous les degrés de l’escalier Fido pour finir par arriver rapidement en FRANCE puis un jour chez le boss de cet ami Français chez qui il le récupérera dès son premier appel…

Le pire, c’est que ce système a priori complexe marche relativement bien et est qui plus est, fort rapide… En effet, il y a en moyenne un jour par étape (les liens verticaux s’appellent en général une fois par jour…) et en fait, il n’y a pas tant d’étapes que ça… Pour arriver en France, un message peut mettre 3 à 7 jours en moyenne, et sans que cela coûte un sou à l’utilisateur !…

(Voir aussi COURRIER)

Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.