Système de santé au Québec …

Jeudi 18 – Vendredi 19 avril 2019

J’avoue que j’ai honte de notre système de santé. Hier, j’ai amené ma fille à l’urgence car elle se plaignait de forts maux de ventre, elle vomissait tout ce qu’elle mangeait et était mélangé à du sang. Ça m’a paru assez sérieux pour que l’urgence soit l’endroit tout indiqué. Nous sommes arrivés vers 10h30 du soir. 10 heures plus tard, on appelait ma fille pour qu’elle se fasse examiner. Il a fallu insister, repasser 3 fois au triage pour espérer voir un médecin ! Malgré tout ça, bien des personnes sont passées avant sous prétexte que pour ma fille, c’était plus compliqué ! Je n’en reviens tout simplement pas ! Nous sommes allé à l’hôpital Fleury et nous avons appris qu’il y avait un seul médecin de nuit pour tout l’hôpital. Je me demande aussi la réelle signification du “Urgences” dans ce cas … Je ne blâme pas le malheureux qui doit faire son possible entre les patients des chambres de l’hôpital, les civières qui arrivent en ambulance et qui sont prioritaires, et puis les autres qui le sont moins, mais ce qui me désespère encore plus c’est de vivre dans un système de santé qui trouve normal que 9 à 10 heures d’attente en moyenne, c’est la normalité (des mot de la préposée qui travaillait bénévolement ce matin) ! Durant ces dix heures, ma fille se tordait de douleur, allait aux toilettes pour vomir toutes les 10 minutes … la nuit fut longue et jouait aussi sur notre patience. “Pourquoi est-ce si long” … me disait-elle. Ce n’est pas une entorse ou une coupure, mais des spasmes au niveau de l’estomac … et je sais que c’est douloureux. J’ai honte de notre système de santé parce qu’en étant présent durant ces 10 heures, j’étais aussi stupéfait par le nombre d’employés qui défilait dans cet hôpital, qui semblaient être plus important que le nombre de patients, une administration lourde et surement un peu inutile sachant que bien des processus pourraient surement être simplifiés pour le bienfait de tous. Honteux de ne pouvoir me fier à un gouvernement qui ne fait rien pour conserver et encourager les médecins ici, même si, j’en suis persuadé, on va me sortir des statistiques me prouvant le contraire, mais ces dernières ont été incapables de me le démontrer ce soir. Bref ma fille est finalement restée en quarantaine après plus de 10 heures d’attente. Je n’ai pas non plus mangé depuis (la seule machine distributrice ou nous étions était en panne), je sens le fauve car je rentrais du sport quand ma fille m’appelé et maintenant il est 10h00 du matin et ma journée de travail commence …

Samedi 20 avril 2019

Marine … suite. Ma fille Marine aurait peut-être contracté une mauvaise bactérie, la fameuse “C. Difficile” (Clostridium difficile). Ça n’est pas une très bonne nouvelle, mais elle est en observation et est entre de bonnes mains (même en sous-effectifs), les infirmières sont attentionnées et dévouées à leurs patients. Marine attend l’avis d’un deuxième médecin pour s’assurer que le diagnostic est correct, mais les symptômes sont effectivement ceux de cette bactérie qui peut être ravageuse si elle n’est pas traitée rapidement. Ce qui est malheureux c’est que c’est contagieux, et aucune mesure n’a été prise durant ces 10 heures à attendre entouré d’autres personnes fragiles et potentiellement malades ! Les symptômes m’ont quand même alerté mais les coupures dans les hôpitaux n’ont pas rendu la tâche facile aux employés, je dirais même que ça a rendu les tâches plus dangereuses, ma fille en est un bon exemple, allant dans les toilettes à répétition, cette bactérie pouvait se propager facilement … espérant que le diagnostic ne soit pas aussi négatif, ou que les médecins se soient trompés. Si ce n’est pas le cas, l’hôpital est quand même un endroit où ma fille est en sécurité, mais en même temps, je suis aux aguets des faux pas dans cet univers administratif ou la charge de travail est plus dans les papiers que les soins de santé … Elle est sous observation, dans l’unité d’urgence de l’hôpital, un endroit bruyant et sans organisation. On a demandé 4 fois à Marine de faire des tests, parce que les infirmières précédentes n’ont pas transmis l’information. Les repas sont froids et les alarmes lumineuses ne servent pas à grand-chose, tant les infirmières les éteignent en promettant de revenir plus tard ! Marine semble à bout de nerfs, elle ne peut dormir, demander une couverture car elle a froid tient du miracle et certaines infirmières sont désagréables et condescendantes, on semble même les déranger ! Nous sommes passé la voir vers en milieu de journée. En me renseignant à une des préposées présente dans le bureau de l’urgence, elle m’annonça que Marine allait être transférée dans une chambre individuelle, mais qu’il fallait attendre qu’elle soit désinfectée à cause du haut taux de contagion de ma fille. D’ailleurs, personne ne nous a demandé de nous protéger avec un masque, des gants et une jaquette jaune quand nous sommes allés la voir, alors que la deuxième fois, un peu plus tard dans la journée, oui !

Dimanche 21 avril 2019

Transférée à la chambre 703, Marine a retrouvé ses couleurs et son calme. Les infirmières et infirmiers sont adorables. On n’a l’impression que la zone de guerre a disparue ! On nous demande de nous protéger, bien que la porte soit grande ouverte. Marine attend encore le résultat d’autres tests. On n’exclue pas encore la “C.Difficile“. Bref, c’est l’attente du médecin généraliste et du gastro-entérologue, sans doute plus tard…  Texto de marine vers 14h45, elle a finalement reçu son congé de l’hôpital ! Pour faire une histoire courte, le médecin, un Zorro qui se promène dans l’hôpital voulait garder ma fille pour d’autres examens, quant au gastro-entérologue, elle lui a donné son congé.  Marine me racontait avec humour quelle a finalement pu aller aux toilettes sans sang dans les selles et qu’elle a aussi pu se soulager en pétant ! Jamais ces pets ne lui ont paru aussi libérateurs ! Le bon médecin spécialiste lui a expliqué que son cas était un mauvais concours de circonstances. Les antibiotiques pris la semaine précédente pour guérir sa bronchite et sa sinusite, l’on affaibli et déshydraté. Un virus de la gastro attrapée en même temps, a irrité ses parois intestinales, puisque la gastro a aussi cet effet de déshydrater le corps, et le sang retrouvé dans ses sels et son vomit étaient provoqués par cette déshydratation intense, créant une inflammation de l’intestin d’ou le sang dans les rejets. Le soluté pris depuis 3 jours a réhydraté son organisme, et ce ne fut là qu’une question de temps avant que le corps élimine la mauvaise bactérie et reprenne ses droits. Bref, Marine est maintenant chez elle, en train de prendre une douche réparatrice et se repose avant de profiter du dernier jour de vacances du congé pascal.

Cette entrée a été publié dans Famille & amis, Point de vue. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.